> > Pathologie > > L'amblyopie en détail

L’amblyopie en détail

Qu’est-ce que c’est ?

L’amblyopie, parfois appelée « œil paresseux », est l’absence de développement de la vision d’un œil durant l’enfance, plus rarement des deux yeux, et qui entraine une baisse de son acuité visuelle mais également de la binocularité (le sens du relief). L’amblyopie n’est pas, en soi, liée à l’œil puisqu’elle persiste lorsqu’un éventuel défaut visuel de l’œil a été traité. Elle est au contraire liée à un défaut de connexion du cerveau qui ne prend plus en compte la vision de l’œil amblyope : le cerveau reçoit une image anormale, floue ou décalée venant d’un œil ; il va neutraliser les messages visuels venant de cet œil pour ne développer que la vision de l’œil sain. Si l’amblyopie n’est pas traitée durant la période de développement de la vision (avant 6-8 ans), elle devient progressivement définitive.
Dans les cas les plus sévères, la perte de vision de l’œil peut être totale.

Détails


Causes et symptômes

Il n’existe pas à proprement parler de symptômes visibles de l’amblyopie. Les personnes atteintes, en particulier les enfants, ne s’en rendent pas compte. Seul un examen médical approfondi permet de la dépister.

L’amblyopie peut être organique si l’œil présente une anomalie des globes oculaires et / ou des paupières. Elle peut être une conséquence d’une cataracte congénitale ou traumatique, d’une cicatrice sur la cornée ou encore d’un ptosis (affaissement de la paupière supérieure).

Les cas les plus fréquents d’amblyopie sont dits fonctionnels. Ils résultent d’un trouble de la vision binoculaire. L’image de l’œil voyant le plus normalement s’impose au niveau du cerveau qui occulte alors l’image renvoyée par l’œil plus faible.

L’amblyopie peut provenir d’un trouble de fixation (strabisme) où le cerveau peut ignorer la vision de l’œil qui n’est pas aligné, afin d’éviter une vision trop floue ou double. Elle peut également découler d’un trouble « réfractif ». Si l’un des yeux a une réfraction différente de l’autre, s’il est par exemple plus astigmate, plus hypermétrope ou myope, le cerveau va neutraliser les images floues transmises par celui-ci.

L’amblyopie peut enfin résulter également de la conjonction de plusieurs de ces facteurs.

Dans des cas rares, elle peut toucher les deux yeux. On parle d’amblyopie bilatérale, il s’agit de cas assimilés à la malvoyance.

Traitements de l’amblyopie

Tout l’enjeu de l’amblyopie est de la détecter le plus tôt possible. Faute de symptômes apparents, son dépistage est réalisé par les médecins généralistes, les pédiatres mais aussi par la médecine scolaire. Certains facteurs aggravants, comme la présence d’un strabisme permanent, doivent inciter les parents à consulter le plus rapidement possible un médecin.

Dès que le diagnostic est établi, on s’attache à traiter la cause de l’amblyopie (strabisme, trouble réfractif ou cause organique) pour ensuite forcer le cerveau à utiliser l’image de l’œil amblyope. Le traitement peut se baser sur le port d’une correction optique totale. La rééducation par une occlusion partielle ou totale de l’œil sain, à travers le port d’un cache-œil, oblige alors le cerveau à réutiliser les images perçues par l’œil atteint d’amblyopie. Elle donne des résultats très probants pour les cas d’amblyopie d’enfants de moins de huit ans, dont la maturation du système visuel n’est pas achevée. Au-delà de cet âge, les résultats d’une rééducation sont moins importants, voire inexistants, d’où la nécessité de pratiquer un contrôle visuel régulier, et ce dès le plus jeune âge.

Trouvez un opticien partenaire Essilor près de chez vous
Des offres toute l'année chez votre opticien, des jeux concours
Ne nous perdons pas de vue...
OK

OK
Géolocalisation