> > > La vue des enfants : apprentissage, problèmes de vue et points de vigilance

La vue des enfants

> > > La vue des enfants : apprentissage, problèmes de vue et points de vigilance

La vue des enfants :
Il n’y a pas d’âge pour prendre soin de ses yeux !

La vue est au cœur des apprentissages des enfants. De fait, l’œil joue un rôle essentiel dans leur développement. Mais c’est un organe fragile qui doit faire l’objet de toutes les attentions afin de prévenir le moindre trouble qui peut avoir des conséquences sur l’épanouissement de notre enfant. Quelques données essentielles sur le développement de la vue, les points de vigilance et les bons réflexes à adopter afin de mettre la vue au service de leur réussite.

La vue : une acquisition progressive

90% de l’apprentissage d’un enfant est directement lié à ce qu’il voit. Or, plus de 30% des enfants de 6 à 14 ans ont un ou plusieurs défauts visuels. S’ils ne sont pas détectés précocement, ils peuvent être à l’origine de difficultés, scolaires notamment. Il est par conséquent nécessaire de prêter une attention particulière et régulière à la vue de ses enfants.

Celle-ci n’est pas entièrement acquise à la naissance, mais elle évolue progressivement avant d’arriver à maturité vers l’âge de six ans. La vision implique non seulement la capacité de l’œil à percevoir les images extérieures, mais également celle du cerveau à traiter les signaux perçus par l’œil. Au cœur de ce processus particulièrement complexe se trouve l’œil, un organe aussi précieux que fragile, qu’il est essentiel de surveiller et de protéger dès le plus jeune âge afin de veiller au bon développement de la vue.

À la naissance, le nourrisson détecte un mouvement (par exemple un crayon coloré) à 30 centimètres de lui.

À trois jours, il peut fixer le regard de ses parents.

À six semaines, il reconnaît ses parents et est sensible aux fortes luminosités.

À quatre mois, la vision du bébé devient binoculaire. Il perçoit désormais les distances et peut désormais se saisir des objets à sa portée.

À neuf mois, le champ de vision du bébé s’élargit. Il perçoit également mieux les détails et distingue plus franchement les couleurs.

À dix-huit mois, l’enfant a développé une grande partie de ses facultés visuelles, mais distingue mal les contrastes.

De trois à six ans, l’acuité visuelle se renforce. L’enfant acquiert l’ensemble de ses facultés visuelles.

La vue des enfants : les points de vigilance

Les défauts visuels :

Tout comme l’œil adulte, celui de l’enfant peut avoir une forme qui varie légèrement de la forme sphérique qui assure une vision nette, de près comme de loin. Les enfants peuvent donc être porteurs de défauts visuels, qui peuvent être la plupart du temps corrigés par le port de lunettes adaptées aux enfants.

Si la plupart des défauts visuels sont bénins (myopie, hypermétropie et astigmatisme) et peuvent être aisément pris en charge, certaines anomalies peuvent conduire à des pathologies


hypermetrope

Votre enfant a les yeux rougis, se plaint de maux de tête, présente des signe de suractivité ?



myope

Votre enfant se plaint de ne pas distinguer ce qu'il y a écrit au tableau ? Il plisse les yeux pour voir de loin et il écrit proche de son cahier ?


astigmate

Votre enfant écrit de travers et a du mal à suivre une ligne de cahier. Il peut confondre certaines lettres proches



Il est peut-être hypermétrope : il voit correctement de loin, mais est contraint à de nombreux efforts pour voir de près

Idée reçue n°2 : J’ai peur d’avoir des vertiges et de ne jamais m’habituer à des verres progressifs  

Il est peut-être myope : il voit correctement de près, mais pas de loin.

Il est peut-être astigmate : sa vision globale, notamment de certaines formes est déformée.

Le strabisme et l’amblyopie chez l’enfant

Le strabisme est fréquent chez les nourrissons. Il se remarque facilement car l’enfant louche.
Dans la plupart des cas, le strabisme disparaît au bout de quelques mois, en même temps que le nourrisson acquiert la vision binoculaire, le temps pour les muscles de l’œil de se coordonner.
En revanche, une persistance du strabisme au-delà du cinquième mois peut conduire à l’amblyopie. Afin de compenser la vision double, le cerveau tronque progressivement les signaux perçus par l’un des deux yeux. L’acuité de l’œil baisse progressivement. Si l’amblyopie n’est pas prise en charge, elle peut conduire à une perte définitive de l’acuité visuelle de l’œil faible.


Les dangers des rayons

Parce que le cristallin de l’enfant ne joue pas encore complètement son rôle de filtre, il laisse passer six fois plus d’UV que celui d’un adulte. Par ailleurs, les enfants et les adolescents passent trois fois plus de temps qu’un adulte en extérieur. Ils sont par conséquent bien plus exposés à la dangerosité des UV, naturellement présents dans la lumière naturelle, et ce tout au long de l’année.

Or, l’effet des UV est cumulatif. L’exposition aux UV dès le plus jeune âge favorise le risque de développer plus tard des pathologies graves, comme la cataracte ou certains types de cancers.


Les enfants et les écrans : attention danger !

La prudence s’impose face à une exposition trop importante des enfants aux écrans. En effet, ceux-ci émettent en abondance des rayons bleu-violets. Certaines études scientifiques établissent un lien entre une surexposition et l’apparition de certaines pathologies dégénératives, comme la DMLA (Dégénérescence maculaire liée à l’âge).

Par ailleurs, un rapport récent de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail) attire l’attention sur les effets potentiels des technologies en 3D et préconise de ne pas exposer aux écrans les enfants de moins de six ans et de limiter leur utilisation par les enfants de moins de 13 ans.

Quelques conseils :

  • Limiter le temps passé par ses enfants devant les écranschoisir des montures
  • Veiller à faire adopter aux enfants une distance adaptée face aux écrans (3 mètres au minimum pour une télévision, 60 à 80 cm pour un écran d’ordinateur)
  • Imposer aux enfants de quitter régulièrement l’écran des yeux.

Les bons réflexes à adopter pour la santé visuelle de ses enfants

Consulter un médecin spécialiste :

Un dépistage précoce d’un défaut visuel est fondamental : une correction rapide est le gage d’un traitement efficace et peut mettre éventuellement terme à des difficultés scolaires rencontrées par l’enfant. Dans le cas de l’amblyopie, une prise en charge avant l’âge de deux ans permet une rééducation de l’œil amblyope.

Il existe un certain nombre de visites obligatoires de l’enfant au cours desquelles le pédiatre, le médecin traitant ou le médecin scolaire peuvent détecter un éventuel défaut visuel ou un trouble plus important et renverront vers l’ophtalmologiste qui effectuera le suivi de la vue de l’enfant.

De manière générale, on préconise de faire un bilan complet de la vue de son enfant tous les deux ans ou à l’apparition de brutales difficultés scolaires. Celles-ci peuvent s’expliquer par des problèmes de vision.


Choisir des montures de lunettes et des solutions de verres adaptées aux enfants

Courir, sauter, jouer : les lunettes des enfants sont mises à rude épreuve par leur mode de vie très actif. Il est essentiel de choisir des matériaux à la fois robustes et sécurisants.

Quels verres ? Non seulement, les verres doivent garantir aux enfants une qualité de vision parfaite, mais ils doivent répondre à des exigences de légèreté et de robustesse.
Il existe des gammes de verre spécifiquement conçus pour les enfants. Plus légers, plus minces que les verres classiques, ils offrent un confort de vision optimal pour l’école ou pour la vision sur les écrans. Plus résistants, ils protègent les yeux de vos enfants et sont également faciles à entretenir.

Quelles montures ? Il est nécessaire de choisir des montures adaptées à la morphologie de chaque âge.
Pour les enfants de 0 à 3 ans, on privilégiera des montures souples, sans charnières métalliques pour ne pas blesser l’enfant.
À partir de 3 ans, on choisira plutôt des montures en plastique, avec charnières métalliques, plus résistantes aux chocs.
Ne négligez pas les goûts de votre enfant lors du choix de sa monture. Si vous les choisissez avez lui, cela lui donnera envie de les porter quotidiennement.


Adopter les lunettes de soleil pour enfants par temps ensoleillé :

Dès le plus jeune âge, le port de lunettes de soleil pour enfants doit devenir un réflexe de protection contre les UV.
L’indice E-SPF* vous informe de l’indice de protection des verres contre les UV. Plus cet indice est fort, plus le filtrage des UV est important. Sur les verres solaires, l’indice E-SPF 50+ offre une garantie optimale de protection pour les enfants comme pour les adultes.

Privilégiez des montures en plastique couvrantes qui laisseront passer moins d’UV sur les côtés du verre. Dans tous les cas, il est important de porter une attention particulière à la qualité des lunettes de soleil achetées et plus généralement se méfier des lunettes fantaisies dont les verres ne sont parfois pas traités contre les UV.

Les enfants peuvent-ils porter des lentilles de contact ?

Contrairement à certaines idées reçues, les enfants peuvent porter des lentilles.
Celles-ci peuvent être médicalement préconisées, notamment dans la prise en charge de problèmes visuels importants (cataracte congénitale, forte myopie, forte hypermétropie).

À partir de l’âge de sept ou huit ans, le port de lentilles de contact peut également avoir une motivation esthétique. Certains enfants vivent mal l’arrivée de lunettes, les lentilles offrent une alternative et garantissent que l’enfant porte en permanence sa correction.

Si la manipulation des lentilles s’apprend facilement, l’enfant porteur de cette correction doit faire preuve de beaucoup de soin pour entretenir correctement ses lentilles et éviter les risques infectieux. Le choix des lentilles doit alors se faire en concertation avec l’ophtalmologiste, les parents et l’enfant.

lentille de contact
*E-SPF® est un indice mesurant la protection UV globale d'un verre. C’est un indice développé par Essilor et certifié par un organisme tiers indépendant.Mesure de la performance des verres uniquement : l’indice E-SPF n’intègre pas les UV entrant directement dans l’oeil sans interaction avec le verre, qui dépendent de facteurs externes (morphologie du porteur, forme de la monture, conditions de port...). Indice E-SPF®35 pour Crizal Forte® Prevencia® et Crizal Forte® UV à l'exception des verres Orma® (E-SPF®=10)
Trouvez un opticien partenaire Essilor près de chez vous
Des offres toute l'année chez votre opticien, des jeux concours
Ne nous perdons pas de vue...
OK

OK
Géolocalisation